Cela a provoqué l’un des plus gros Buzz de l’été, Friendfeed après avoir suscité la polémique au sein des utilisateurs de Twitter a fini par être racheté par Facebook. Si les spéculations allaient bon train depuis avril, on ne pensait pas que ce serait si soudain .

Revenons un peu sur les faits.
En juillet Un premier clivage s’est constitué au sein des utilisateurs de Twitter entre les partisans d’une migration sur FriendFeed et ses détracteurs. Nicolas Voisin éminent fondateur de Nuesblog et accro à tous les réseaux sociaux, estime que le nouveau réseau social est un vecteur d’amplification médiatique et n'hésite pas à appeler la communauté de Twitter à migrer sur FriendFeed. Au contraire, Fabrice Epelboin chroniqueur pour Read Write Web, compare le réseau à un pot de miel où s’agglutineraient les opportunistes en quête de référencement. Il y verrait à long terme une destruction de la création de contenu fragilisée par les attaques spéculatives qui ne chercheraient à se démarquer que par le biais de la distribution. L’objet de cette opposition réside aussi en partie dans les différences majeures entre les deux réseaux. FriendFeed, contrairement à son homologue, permet de suivre les conversations sans discontinuité et offre un champ d'expression moins restreint que Twitter et ses fameux 140 caractères . Une des fonctionnalités qui semble faire des émules auprès des utilisateurs est la mise en place d’un monitoring des conversations les plus populaires. Friend Feed offre également la possibilité à ses utilisateurs de rejoindre des groupes correspondant à leurs centres d’intérêts. Friend feed a pensé à incorporer des outils pour filtrer le flux d'informations et en permettre une meilleure lisibilité. Les informations les plus populaires de vos amis se distinguent par un signal (son homologue sur Facebook serait le "like") et finalement ce qui manque le plus cruellement à twitter, un moteur de recherche intégré permettant de filtrer les news de vos amis ( ou suiveurs).

Cela en fait-il pour autant un réseau plus complet ?
Le fait que Friend Feed agrège l’information est à la fois une bonne et une mauvaise chose. Bonne chose en effet car les outils offerts permettent de mieux filtrer le bruit du flux ambiant et offre un confort dans la lisibilité des contenus. Néanmoins cette liberté a une contre-partie car si l'information est plus lisible, elle n'est pas plus fiable. Paradoxalement ce sont les contraintes même de Twitter qui permettent de garantir une maitrise totale dans la chaîne de l'information. Faut-il rappeler que pour garantir sa visibilité il faut en être d'une part le créateur, être reconnu comme tel et donc synthétiser l'information à l'essentiel. Identifier, rechercher ses interlocuteurs et actualiser sans cesse son réseau sont les étapes indispensables pour éviter d'avoir du bruit sur le flux. Du fait, que Friend Feed soit un agrégateur le flux d'informations est bien plus important et plus dense à traiter. Une analyse qui vient corréler le point de vue de pisani sur son blog qui encourageait les utilisateurs à faire preuve de plus de « serendipité » En aôut L’annonce faite par Facebook du rachat de Friend Feed n’augurait rien de bon pour la communauté de FrienFeed. Bien sûr l’argument avancé par Facebook était de dire qu’il voulait se placer en concurrence directe avec Twitter. Mais il faut bien reconnaître qu’au final c’est surtout l’équipe de FriendFeed composée d’anciens développeurs de Google que Facebook a racheté. L’intégration du réseau FF à Facebook est pour le moins incertain. En définitive FriendFeed représente un intérêt pour ceux qui veulent agréger rapidement de l’information de manière passive. Mais on est loin de la comparaison avec twitter, Friend feed ne crée pas de contenu mais juste du confort. Ce qui provoque l'activité de la communauté de twitter c'est justement les contraintes qu'elle subit au quotidien pour apporter une information pertinente et de qualité.

Sources :
Blog de Nicolas Voisin : http://www.nuesblog.com/
Article de Fabrice Epelboin "Friend Feed c'est mal" : http://fr.readwriteweb.com/2009/07/27/analyse/friendfeed-cest-mal/
Article de Pisani sur la Sérendipité : http://pisani.blog.lemonde.fr/2009/08/03/comment-integrer-la-serendipite/
Article sur le rachat de Friend Feed : http://www.lexpansion.com/economie/actualite-high-tech/facebook-rachete-friendfeed-pour-concurrencer-twitter_193843.html